top of page

Performance

Deux corps lancés dans une cohabitation aussi engagée que nécessaire.

À deux dans un cercle, le poids, les actions, peuvent violemment expulser l’autre ou au contraire le maintenir en sécurité, le soutenir, le retenir coûte que coûte.

Cette interdépendance est le cœur de la recherche de la cie Nawar, et prend, dans cette forme courte performative, l’allure d’une expérience concrète, directe, qui soulève une question aussi existentielle que simple : à quel point nous protéger du rapport à l’autre ?

Ainsi, armurés, barricadés derrière des protections imposantes, les deux corps tournent dans ce microcosme que devient la roue. Dans un mouvement ininterrompu, 8 minutes s'écoulent. Dans ce contexte, les protections se révèlent dangereuses, ajoutant de l’instabilité et du danger. Les deux corps se débarrassent alors progressivement de ces armures, s’ouvrant à la possibilité d’interagir, de laisser la place à l’autre, de prendre la responsabilité de l’attention, de s’admettre fragile. Ces deux-là, en se retenant, se soutenant, permettent au système entier (la roue lancée à pleine allure) de se maintenir et d’éviter l’accident, et proposent ainsi un rapport à l’altérité bien loin de la défiance et l’éloignement.

On y voit alors une bienveillance qui se passe de discours, perceptible sensiblement parce que nécessaire. Le public, qui peut être au plus proche de cette expérience, perçoit directement l’énergie de la roue, les efforts des corps pour faire attention à l’un et à l’autre, malgré et avec la force qu’impose le mouvement.

bottom of page